Page 1 sur 1  
1

Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?

Messages Ecrit par
Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Hola, de tous les zèbres avec qui j'ai discutté je n'en ai vu aucun épanouis dans ses études, tous déprimés (au sens figuré ou propre) de la lenteur et de la monotonie des cours. Il y en a t-il qui n'ont pas eu ce problème ?

Pour mon cas j'ai enchainé un IUT (30+ h de cours par semaine obligatoires) sur une alternance (31h de cours par semaine en période cours, également obligatoires). J'ai trouvé très très long, mais je me demande si le côté obligatoire n'as pas paradoxalement aidé, évitant de se retrouver chez soit avec l'impression d'être sans but, tout avanceant au ralentis. Et puis, je ne peut que conseiller l'alternance, l'entreprise est un vrai épanouissement.

Qu'en est-il de vous ?

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Bonjour Florian,
Oui j'entends cela aussi! J'ai donc mis en contact les étudiants en médecine !! Ils se soutiennent les uns les autres..Beaucoup de ZZZ veulent être médecin ..mais je pense que ce sont eux qui souffrent le plus en fac médecine ...Et en portant je pense qu'ils seront des top de toubib !!!!

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Ah...
Oui, c'est ce que je me dis...
Mais bon, je m'efforce de me stimuler, malgré tout.
Mais je t'avoue que ah ! J'ai l'impression d'être dans un cimetière parfois, voir même à Zombiland... Quelle tristesse.

Et en effet, le fait d'avoir des choses à faire, de se dire "je dois être performant" ça stimule malgré tout... Comme un piqûre d'adrénaline. Mais ça reste une piqûre. Un peu comme une drogue.
Après, je dé-prime, je lâche la pression... Et c'est là que je ressens tout le néan de la chose.

Pourtant, les autres, ça ne les dérange pas, mais je trouve que les autres sont... Disons, lobotomisés, anesthésiés.
Non, en fait, je risque d'utiliser des termes injurieux.
J'ose pas.

Bref.
Pour l'instant je suis en L1, en biologie.
Je me dis, autant faire des sciences, histoire de faire quelque chose d'objectif tu vois.
Aaaaaah... Même là il y a des défauts, des trucs orientés... Mais bon, ça reste de la science, les protocoles, etc...

Voilà.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Bonjour :)

Pour ma part je viens juste de finir mes études et c'est vrai que c'était pas évident au début (quand j'essayais de faire comme tout le monde ^^).. ni à la fin en fait parce que les cours et moi ça fait 2 voire 3 :x
Je partais pour des études courtes (un DUT) puis j'ai finis avec 2 Master (malgré ma sainte horreur des cours), et vu que que j'ai passé mon temps à réfléchir à ce que je faisais, je pense me permettre de pouvoir partager un ou deux trucs !

Du coup, le premier serait de ne pas trop penser à tout ce qui est "débouchés". Les études ne sont pas qu'un moyen de trouver du travail ou d'avoir un diplôme, c'est aussi un moyen de rencontrer des gens super intéressants (au niveau Master certains profs sont vraiment top), de mûrir intellectuellement (difficilement quantifiable mais tellement important) et d'apprendre des trucs qu'on aurait pas forcément appris tout seul.
Paradoxalement c'est mon master d'Histoire et philosophie des sciences (après une licence de physique) qui m'a fait le plus de bien, alors que c'est mon diplôme "le moins utile" sur le marché du travail (enfin sur le marché que j'ai visé en tout cas).

Bref, c'était le premier conseil.
Le second c'est que si effectivement tu t'ennuies et que tu as l'impression que tout le reste va au ralentit, profites-en un maximum pour t'enrichir en dehors des cours: multiplie les activités genre musique, sport, loisirs créatifs, association ... une remarque que je reçois souvent est "où t'as trouvé le temps ?", et la réponse (que tu peux pas forcément avouer à tout le monde hahah) est souvent "bah j'allais pas trop en cours en fait" ^^
Ca n'a pas affecté mes résultats. Je dirais même qu'au contraire j'étais plus épanoui et que mes résultats étaient meilleurs (enfin c'était pas ouf non plus hein, mais j'ai choisi cette voie et je ne regrette absolument pas !). J'ai compris ça après avoir lu le "Petite guide à l'usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doué" (de Béatrice Milletre), livre qui m'a fait le même effet que "Trop intelligent pour être heureux ?" pour la majorité des personnes ici (je ne l'ai pas encore lu mais ça ne saurait tarder !).

Enfin bon, je sais pas si ça a vraiment aidé ^^'
Il "faut" accepter les études parce que c'est le meilleur moment d'en faire et que c'est quand même assez cool, mais je dirais qu'il faut pas tout donner dedans, surtout quand on est zèbres. Le zèbre a besoin épanouissement s'il ne veut pas se dire chaque matin que la vie est vaine ! (spoiler: ce qui m'arrive de temps en temps avec mon boulot d'ingé.. moi qui pensais que c'était le début d'une belle aventure T_T )

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Evidemment... Ensuite, les écueils de la vie heurtent sans doute plus violemment... (Opinion à prendre ou non)

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Pour ma part, je suis actuellement en école d'architecture, et ce qui me peine n'est pas tellement la monotonie, mais plutôt le cadre rigide et formaliste du système éducatif. J'envisage une réorientation en ce moment, d'une part car je crains de m'être fourvoyé en choisissant ce domaine, mais aussi car je ne me retrouve pas dans ce cadre universitaire contraignant, où il faut régulièrement "produire pour produire" même si cela ne fait pas sens. J'ai la sensation de perdre mon temps à devoir rendre des comptes, prouver que je sais ce que je sais, dépenser de l'énergie simplement pour cocher une case.(d'autant que les études d'architecture ne sont pas uniquement sanctionné par des partiels ou des rédaction comme beaucoup de fac, mais aussi par un atelier de projet excessivement demandeur en terme de production, a tel point que beaucoup d'étudiant font des nuits blanches pour répondre aux exigences, et je ne parle pas là d'élève en difficulté: de façon réaliste, les dessins, croquis, plan qui nous sont réclamés demandent un temps de production non négligeable). Tout ce temps passé à la production de travaux pas toujours enrichissants, je pourrais l'allouer à bien d'autres choses comme la peinture ou l'écriture qui sont pour moi des passions.
A contempler le laborieux travail et la frugal substance qui en découle, j’éprouve une réelle frustration. En soi, les cours ne m'ennuient pas (ou tout du moins pas tous). Ce que je pointe du doigt en revanche, c'est que notre système éducatif est ponctué d'une succession de certifications chronophages, censé garantir la détention de savoir et compétences, mais qui à mon sens ne garantissent finalement pas grand chose. On passe un examen, on rédige des écrits parce qu’il le faut avec toute l'hypocrisie que cela implique, même si au fond le sujet ne nous intéresse pas toujours et qu'on en retiendra peu de chose si le travail ne fait pas sens.

Je déplore aussi la cruelle inhumanité de l'enseignement. La dimension affective lié à l'acte d'enseigner me semble trop absente. L'apprentissage se limite pour beaucoup à du gavage dénué d'interaction, on pourrait tout aussi bien lire un livre sur la discipline que le bénéfice serait le même. Heureusement, au cours de mon cursus, j'ai croisé ça et là quelques enseignants encore animés par le soucis des autres, mais leur conditions d'enseignement ne leur rendent pas toujours le partage aisée.

En fin de compte, je trouve le cadre scolaire assez frustrant, y compris au niveau universitaire, dans la mesure où il semble être conçu comme une machine à valider des diplômes, plutôt que comme un lieu d'échanges humains entre sachant et non sachant. L'épanouissement et le réel développement de mes compétences me semble difficile dans ces conditions.

J'aimerais beaucoup apprendre pour apprendre, auprès de gens qui ont envie de transmettre, sans cette pression constante qu'est de réaliser tel ou tel exercice plus ou moins ridicule et fastidieux simplement pour valider des UE, et prouver qu'on se classe suffisamment bien au regard de la concurrence que sont censé représenter les autres.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Je suis tout à fait d'accord avec toi Paul.

C'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à quitter le système ; et à apprendre en auto-didacte, et à dédier mes journées à des choses plus épanouissantes...
(Sous-entendu, j'ai les moyens matériels.)

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Je crois que quitter le système me tente également. Je sais très bien gérer mon temps, et j'ai des projets qui ne demandent qu'a éclore.

Le seul obstacle: mes parents, en particulier mon père. Je suis encore dépendant d'eux financièrement, et même si j'aimerais beaucoup qu'on m'accorde du temps pour apprendre par moi même et mener mes propres expériences (d'autant que je m'en sais capable), mes parents ne l'entendent pas de cette oreille. Pour eux, soit je continue des études dans le cadre institutionnel et ils m'accompagnent financièrement, soit je rentre dans la vie active et je me débrouille.
Quoi qu'il en soit, mon père tiens à ce que je reste dans le cadre, qu'il soit universitaire ou salariale. Il ne comprend pas que je puisse apprendre plus par moi même que à l'école, tout ce qu'il voit c'est le diplôme.

Quelque part, j'ai la sensation d'être pris au piège et d'être bridé.Je ne suis pas contre rentrer dans la vie active, mais cela me semble prématuré car j'aimerais encore apprendre, trouver à m’épanouir. Or si je travaille, je vais me retrouver dans une situation similaire à celle des études, à savoir que je n'aurais pas assez de temps à consacrer à mes propres projets, apprentissages et expériences. Or, cette absence de liberté me frustre de plus en plus cruellement, et me donne la sensation de passer à coté de ma vie.

Mon père ne me fait pas confiance et il se fait un devoir de me contraire pour que je "file droit". il me voit comme un bon à rien, fainéant et irréaliste, il n'as jamais compris mon fonctionnement et m'a toujours dévalorisé moi et mes passions. C'est difficile de s'affirmer dans un climat familiale aussi négatif et normalisant. J'ai beaucoup de mal à voir comment sortir de cette situation.Je crains d'être encore une fois poussé dans une direction qui ne sera pas la mienne, et d'être obligé de rester bridé dans mon temps; et par extension dans mes possibilités de développement; avec toute l'aigreur et la souffrance que cela engendre.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Salut Paul.

Je suis également dans le même cas que toi, en ce qui concerne les parents.
Mais sache que ce n'est pas eux qui vivront ta vie à ta place...

Certes, ils veulent ton bien, en se projetant sur toi, mais c'est néfaste ; car tu n'es pas leur copie conforme.

Et t'inquiète pas, j'ai toujours été dévalorisée aussi, et j'ai toujours souffert de n'avoir pu faire ce que j'aurais voulu, dans les temps concernés ; mais à 20 ans j'ai dit HALTE, RÉVOLUTION, STOP.
Je prends ma vie en main.

Et ça été difficile de quitter la fac, comme ça, d'un jour à l'autre... Mais bon, je m'y sentais pas bien, donc autant choisir le meilleur pour soi.

Après c'est une décision à prendre ; mais le plus important, à mon avis, c'est d'être heureux dans la vie...
Trouve simplement le moyen d'agir sagement, histoire de ne pas te retrouver dans le kk.

Après, que ça pète ou que ça hurle... Peu importe. Je suis passée par là aussi, et je le regrette pas. :)
Le volcan a fini par s'éteindre.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

PS : je dirai même plus ; le système est tellement bridé, tellement nul, tellement corrompu, tellement délavé (à la Ariel) qu'il est impossible pour un zèbre (si je reprends les caractéristiques énoncées dans le livre de J. Facchin) de s'y épanouir...

Même pour un humain "normal", l'épanouissement est difficile... Car c'est très formaté. En outre, je ne veux pas faire de politique, mais les libres-penseurs sont systématiquement persécutés...
Donc, pas de possibilité d'épanouissement dans le cursus classique des études (j'entends par là faculté ou école), et par extension, dans la vie qu'on nous impose...
Style, gagne ta vie, fais des enfants et sois heureux. :-D

Et j'ai envie de dire, plus on en sait sur ce monde, plus on se rend compte qu'il est complexe de pleinement s'épanouir (barrières obligent)...

Donc, pas possible, à moins d'être un zombi !

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Donc bon...
Si vous avez envie de quitter le système, j'ai envie de dire, quittez-le, et soyez heureux...

Vivez libres, et soyez pas bridés.

Un adage qui fonctionne pour tout le monde :-D

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Je n'ai rien suivi, mais merci quand même :D
Il faut que je lise les gens, là... Minute, papillon, s'il fallait lire avant de commenter, nous perdrions un temps fou !

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Digression : comment pensais-tu réussir tes examens sans toucher à tes cours ? C'est logique après tout, on souhaite formater les cerveaux, en fac notamment.
Enfin ; tu as bien vu que cette folie ne t'as pas réussi.

En revanche, pourrais-tu préciser le domaine dans lequel tu souhaites te réorienter ?
Ça m'intéresserais ^^

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Bonsoir,

Je dois bien être parmi les rares à l'être donc mais je suis effectivement épanoui dans mes études. Du moins dans une partie de ces études. Depuis le lycée, j'ai toujours été très fasciné (entre autre) par le fonctionnement des êtres vivants d'un côté et par l'informatique de l'autre. J'ai beaucoup hésité entre les deux dans le choix de mes études supérieurs et j'ai finalement choisi l'informatique qui était plus ma passion.

Mais quel plaisir du coup ça a été ma première année à la fac quand j'ai réalisé que je passerais des heures par jours à apprendre et à parler d'informatique. rien à voir avec le lycée où j'ai failli redoubler plus d'une anné. C'était comme demander à un enfant d'aller jouer toute la journée avec différents jouets. Et plus ça allait plus on donnait plus de jouets. Bien sûr tout n'était pas que sur les ordinateurs et la programmation et je détestais toutes ces autres matières. Mais de manière général j'ai trouvé que mes années d'études, du moins les premières années, étaient plus proche d'un jeux dont les notes étaient le score qu'un réel travail. Après je n’ai pas fait mes premières années d’étude en France aussi. De toute façon je passe des heures en dehors des cours à bricoler des petits programmes. Malheureusement c'est le monde du travail que je trouve trop formaté, anti-créatif et très étouffant. C'est là où j'ai envie de quitter le système, de créer mon propre système.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

J'ai repris mes études en informatique pour devenir ingénieur...
J'aime ça, donc ça a du sens et ça m'aide à supporter les cours qui sont parfois un peu chiante pour moi...

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Bonjour, Bonsoir!
Personnellement, j'ai effectué plusieurs diplômes qui m'intéressaient mais qui m'ennuyaient tant je trouvais les enseignements légers. En solution finalement, j'ai opté pour le double cursus. Comme ça, les cours m'intéressent et dés que je commence à m'ennuyer, il y a la deuxième licence qui vient combler le manque !
Cela permet de me sentir efficace et d'étancher une certaine soif de connaissance. =)

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

j ai décroché très tôt et je me suis retrouvé dans des voies de garages avant de finir sans diplôme au final.
ça aura été dans l'art du dessin et la peinture que je me suis épanouis, en enseignement dans des formations pour adultes puis en autodidacte.
je pense que quand le centre d'intérêt n'y est pas totalement, c'est l'échec qui est au bout. j'ai suivi 4 voies différentes avant de faire ce que je voulais. ayant l'esprit très évasif, je suis lunatique, les cours deviennent vite une rétention dans l'ennui, aussi il y a une culpabilisation qui s'installe peu à peu car on ne comprend pas toujours sans le recul, pourquoi on galère autant à faire semblant d'être un élève qui s'intéresse. on se sent dévalorisé. les orientateurs scolaires sont souvent à côté de la plaque, sans parler des parents qui ne comprennent rien la plus part du temps. les profs finissent par vous assommer en vous montrant du doigt comme le cancre. sentiments d'accusations qui finissent par détruire la personnalité à force, et à tenter la personne d'aller vers des voies à risque, addictions diverses... tout est à revoir selon moi dans l'éducation actuelle de notre état fr. qui d'ailleurs a de mauvais bilans.

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

RE: Il y a t-il des Z étudiants épanouis ?
 

Si j'ai bien galéré en prépa sup et spé, c'était il y a plus de 55 ans, on absorbait quant même beaucoup de matières scientifiques, avec une curiosité et une motivation extrême: les concours, c'était plutôt contraint et surtout on n'avait pas le temps de s'ennuyer, contrairement à ma période secondaire où on n'apprend pas grand chose d'autre que faire des phrases et à traduire Cicéron ou Virgile (plus trop de saison).
Le supérieur : en grande ecole ENSTélécomm Télécomm Paris Tech), 3 années à comprendre un peu mieux le monde et aller jusqu'aux extrémités du savoir. Bien sûr ce" n'était pas forcément utile, mais aborder la RR la méca-Q, l'électronique, puis l'informatique, enfin la programmation, c’était un nouvel univers qui s'ouvrait devant nous. Il était en bourgeons. Puis il a fleuri quelques années plus tard,, porté des fruits à partir de l'an 2000, mais maintenant, c'est l'automne de ma vie comme d'un certain monde qui va devoir faire encore plus preuve d'intelligence et d'ingéniosité pour ne pas perdre les acquis de toute une génération, la mienne, sûr, et se retrouver par terre avec la gu...le de bois suite à une consommation excessive grisante de ressources naturelles.
J'ai de bons souvenir du temps en grande école, à la Cité Universitaire Internationale à Paris, dans un milieu sans doute extrêmement zébré, mais le mot n'existait pas à l'époque. On pouvait encore devenir "quelqu'un" sans forcément être le fils ou la fille d'un autre "quelqu'un".

Je n'ai pas cherché une position sociale dominante genre PDG voire ministre, comme certains camarades mais je suis resté "au charbon" dans l'industrie où on a célébré le mariage de l'ordinateur et des télécommunications, dont ce post est un genre de faire-part.

Evidemment, l'argent a tout gâché et les plus grandes prouesses intellectuelles et techniques ont fait place au culte de Mammon et à la recherche effrénée du profit, GAFAM à la clé. Ça changera peut-être un peu. Ci lo sà ?


Page 1 sur 1  
1